Vocabulaire des camps



ABEGHIKLMNOPRSW


A

Appelplatz
Place d’appel. Dans certains camps on la désigne sous le nom de Lagerplatz.

Arbeitslager
Camp de travail. Ce terme ne désigne pas nécessairement un camp de concentration.

Arbeitsstatistik
Bureau du travail. Il applique les plans S.S. pour l’organisation du travail, prépare les transports, organise les nouveaux Kommandos, tient à jour la liste de tous les Kommandos dépendants du camp. Son chef est le S.S. Arbeitsdienstführer.

Aufseherin
Surveillante S.S.
retour


B

Bauleitung
Direction des bâtiments. Elle a sous son autorité tous les Kommandos de travail affectés à la construction et l’entretien des bâtiments et installations dans le camp et autour du camp.

Bibelforscher-Bibelforscherin
Scrutateur ou scrutatrice de la Bible. Secte mystique refusant le service militaire (objecteur de conscience) considérant Hitler comme l’incarnation de la Bête de l’Apocalypse. Les membres de la secte furent internés dans les camps à partir de 1939; ils portaient un triangle violet.

Block
Baraque des détenus. Par extension,l’effectif d’un Block (réunir le Block pour l’appel). les baraquements de détenus dans beaucoup de camp (Dachau, Mauthausen, Buchenwald, etc.) mesuraient environ 50 m x 7 m. Chacun d’eux partagé en deux ailes (Fögel) A et B, situées de part et d’autre de l’entrée et comprenant un dortoir (Schlafsaal) une pièce commune (Dienstraum), un poste d’eau et les W.C. Un autre genre de Block du type « Pferdestall », ancien modèle d’écurie de l’armée pour 52 chevaux, pouvait abriter jusqu’à 1200 détenus. (Auschwitz, Maïdanek, petit camp à Buchenwald, etc.)

Blockältester – Blockowa
Doyen du Block, détenu responsable du Block et de son effectif. Dans les camps de femmes, Blockowa est la forme polonaise pour désigner la même fonction.

Blockführer
Fonction du S.S. chargé d’un Block. Le Blockältester ou la Blockowa sont responsables devant lui.

Bunker
Prison du camp avec ses cachots et chambres de torture.
retour


E

Effektenkammer
Magasin de l’habillement. Y étaient stockés les vêtements, objets personnels, valeurs, etc., soustraits aux détenus dès leur arrivée. Il fournissait les tenues rayées, etc.
retour


G

Gestapo
Geheime Staatspolizei/Police Secrète d’Etat. Amt IV du RSHA, dirigé par Heinrich Müller. La Gestapo conjointement avec la S.S., joua un rôle déterminant dans le système concentrationnaire et dans les génocides. C’est une de ses sections, l’Amt IVA, qui décidait souverainement des internements dans le système concentrationnaire et éventuellement, des libérations.
Elle était représentée dans chaque K.L par la Politische Abteilung (la section politique). C’est une autre section de la Gestapo, le Referat IVBA, dirigé par Eichmann, qui eut en charge les génocides.
retour


H

HSSPF
Höherer S.S. und Polizeiführer (Führer suprême de la Police et des S.S.). Himmler exerçait à la fois des fonctions étatiques (chef des Polices d’Etat,ORPO, KRIPO et GESTAPO) et des fonctions politiques (Reichsführer de la S.S.). Il institua un corps recruté dans la S.S. dont les membres le représentaient dans cette double fonction. Oberg, fut HSSPF en France.
retour


I

IKL
(Inspection des camps de concentration) : organisme S.S. placé sous la direction de Glücks qui assuma la gestion et la direction des K.L. En 1942, l’IKL devint le groupe d’offices D (Amtsgruppe D) du WVHA Son siège fut implanté à Oranienburg.
retour


K

Kaninchen
Lapin domestique, pris dans le sens de cobaye. Désignait, à Ravensbrück notamment, les détenues sur lesquelles les S.S. pratiquaient des expériences.

Kapo
Détenu responsable d’un Kommando de travail ou qui dirige un service par exemple : le Kapo du Baukommando, le Kapo de l’Effektenkammer. Il y eut dans certains camps des « Oberkapo » (grand Kapo) (Dora, Gusen). Choisis le plus souvent parmi les détenus de droit commun (verts) ils étaient, à de rares exceptions près, des auxiliaires zélés des SS, se livrant aux pires sévices et brutalités. L’origine du mot Kapo provient, dans le style de l’humour nazi, de la contraction des mots ‘KAmaraden POlitzei ».

KL ou KZ
Cette abréviation vient du mot Konzentrationslager (camp de concentration). KZ est plutôt d’un emploi familier. Les K.L. appartiennent au système concentrationnaire. Chaque K.L. est, dans les documents, désigné par le sigle KL suivi des lettres initiales du nom du camp.

Kommando
Désigne une équipe de travail ou un service du camp.
Kommando extérieur : un camp annexe dépendant d’un grand camp se subdivisant lui aussi en divers Kommando de travail.
retour


L

Lagerältester
Doyen du camp. Détenu ayant la responsabilité de la gestion interne du camp. Il est placé sous l’autorité directe du Lagerführer.
Le suffixe « Ältester » qui signifie littéralement « le doyen d’Âge » n’est qu’une formule vide de sens. Ce n’était pratiquement jamais le plus âgé.

Lagerführer
Officier subalterne ou sous-officier S.S. exerçant la fonction de chef de camp. Dans les Kommandos extérieurs il est le gradé le plus élevé dans les grands camps c’est une sorte d’adjudant de quartier. Ne pas confondre avec le Lagerkommandant qui est son supérieur.

Lagerkommandant
Pour les grands camps dont dépendent de nombreux Kommandos : c’est un officier supérieur. Il commande l’ensemble, tel un colonel son régiment. Le grade varie selon l’importance du camp. Si Hoess à Auschwitz est colonel (Obersturmbannführer), à Bergen-Belsen Kramer est capitaine (Hauptsturmführer).

Lagerpolizei – Lagerschutz
Police du camp ou garde du camp, désigne aussi les détenus affectés à cette police ou à cette garde.

Lauskontrolle
Contrôle des poux.
retour


M

Musulman
Détenu parvenu au dernier degré de l’épuisement, à bout de force, hagard.
retour


N

Nacht und Nebel / Nuit et brouillard
Par l’internement dans les KL du système concentrationnaire, la police politique (Gestapo) pouvait arbitrairement décider du sort des individus, sans le moindre jugement. Mais dans certains cas, surtoutlorsque l’arrestation n’était pas le fait de la Gestapo, des tribunaux allemands, civils ou militaires, étaient appelés à prononcer un jugement et, la plupart du temps, condamnaient à mort l’accusé.
Dans ce cas, les prévenus, ceux des condamnés qui avaient échappé à la peine capitale et les condamnés à mort en attente d’exécution, étaient internés dans des prisons ou des forteresses. A certains s’appliquait la rigueur de la procédure N.N. (Nacht und Nebel, Nuit et Brouillard) : par un décret en date du 7 décembre 1941, le Maréchal Keitel, commandant en chef de la Wehrmacht, stipulait que, pour effrayer la population des pays occupés de l’Ouest, il convenait de la tenir dans l’ignorance quant au sort des personnes arrêtées, certains détenus devaient être transférés en territoire allemand d’où ils ne pourraient donner signe de vie, et disparaîtraient dans « la Nuit et le Brouillard ».
Les détenus NN en attente de comparution tombèrent eux aussi sous la coupe de la SS : ils furent incarcérés dans le KL Natzweiler et dans le SS Sonderlager Hinzert. Ce « camp spécial de la SS », contrôlé ensuite par le WVHA devint un Kommando extérieur de Buchenwald. D’autres après un passage au camp de Neue Brem (Sarrebruck) furent dirigés vers les grands camps de concentration Buchenwald, Dachau, Mauthausen, Sachsenhausen où ils conservaient un statut spécial.

NSDAP
Sigle du parti nazi : Nationalsozialistiche Deutsche Arbeit Partei (Parti National-Socialiste Allemand du Travail).
La SA et la SS étaient des organisations du NSDAP.

Nuit de Cristal
Pogrom organisé par les nazis les 9,10 et 11 novembre 1938. A la suite de persécutions inouïes, plusieurs dizaines de milliers de juifs furent internés dans les KL. Ce pogrom marque un tournant dans la « Solution Finale ».
retour


O

Organisieren – Organiser
L’expression la plus populaire du jargon concentrationnaire, qui peut se traduire par : pratiquer le système D. En fait : signifie chaparder, voler.
retour


P

Polices et services de renseignements
Les répressions et persécutions furent exercées par des organismes militaires dépendant de la Wehrmacht, l’Abwehr, la Geheimfeldpolizei, la Feldgendarmerie, par des polices d’Etat (ORPO, la Police en uniforme, et SIPO, qui regroupait la KRIPO et la Gestapo). Himmler dirigeait les polices d’Etat. L’action de la SIPO et de la police privée de la SS, le SD, était coordonnée par le RSHA (Reichsicherheitshauptamt – Office principal de Sûreté du Reich). L’Amt III du RSHA était la Kripo (la Police criminelle), l’Amt IV, la Gestapo (Police secrète d’Etat); l’Amt II et l’Amt V correspondaient aux deux branches du SD. Le RSHA fut d’abord dirigé par Heydrich puis par Kaltenbrünner.
A partir de 1939, tous les fonctionnaires membres des polices d’Etat se virent attribuer, dans la SS, un grade correspondant à leur place dans la hiérarchie de l’Etat.
Polices d’Etat et SS tendaient à se confondre…

Politische Abteilung
Voir Gestapo.
retour


R

Referat IVBA
Voir Gestapo

Revier (Krankenbau, Lazarett, Sanitätlager)
Ces mots, selon les camps, désignent les infirmeries et hôpitaux. Il est placé sous l’autorité d’un lagerartz, médecin SS.

RSHA
Voir Police et Services de Renseignements
retour


S

SA
(Sturm Abteilung – Section d’Assaut). Milice privée regroupant les hommes de main du NSDAP, porteurs de l’uniforme brun, et dont, à l’origine, la S.S. n’était qu’une branche. C’est la SA dirigée par Roehm qui, après la prise de pouvoir de Hitler, ouvrit presque tous les camps de concentration (les camps sauvages). Après la Nuit des Longs Couteaux (30 juin 1934) et l’assassinat de Roehm et de ses principaux compagnons, la S.A., sans être supprimée, fut supplantée, notamment dans les KL, par la SS de Himmler.

SS
(Schutzstaffel – Troupes de protection) : A l’origine troupe de choc et simple filiale de la SA sous la direction de Himmler (SS Reichsführer), la SS supplanta la SA après la Nuit des Longs Couteaux et se transforma en un organisme complexe : il comportait une troupe armée (qui devint la Waffen SS), les unités « à tête de mort » (qui fournissaient les gardiens des KL), une police de renseignement (le SD), les organismes qui géraient et exploitaient les KL (IKL puis WVHA), des instituts de recherches et organismes divers…. Elle noyauta les polices d’Etat (ORPO et SIPO), dont Himmler était aussi le chef. La SS, simple branche du parti NSDAP., devint ainsi un parti dans le parti et un Etat dans l’Etat.

Solution Finale (du problème juif)
Sous cette formule fut évoquée, déjà bien avant la guerre, la politique qui devait conduire à l’éviction des Juifs des territoires du Reich ou occupés par lui. Au début, cette politique consista, par la terreur, à contraindre les juifs à émigrer ; par la suite, il fut question de transformer l’île de Madagascar en un gigantesque ghetto où seraient déportés tous les juifs … Ce n’est, semble-t-il, qu’après l’automne 1941 que fut envisagé le génocide. La conférence de Wannsee (20 janvier 1942) mit définitivement au point le massacre généralisé. Dès l’origine, c’est à Eichmann et à son Referat IVB4 que fut confiée l’exécution de la Solution Finale.
retour


W

Wehrmacht (à l’origine Reichswehr)
L’ensemble des forces armées de l’Etat (Armée de terre – Heer; Armée de l’Air – Luftwaffe; Marine de guerre – Kriegsmarine). De la Wehrmacht dépendaient un service de renseignement et deux services de police (Voir Police et Services de Renseignements).

WVHA
Wirschafts-Vervaltungshauptamt – Office principal d’administration et d’économie de la SS) Organisme SS qui, sous la direction de Oswald Pohl regroupa, en 1942, un certain nombre d’organismes de gestion de la SS, dont l’IKL, qui dirigea les entreprises économiques de la SS et exploita le travail des détenus du système concentrationnaire. Le WVHA devint un organisme tentaculaire dont une des finalités était d’assurer à la S.S. son autonomie financière à l’égard du NSDAP et de l’Etat.
retour