Le Patriote Résistant
Septembre 2016

PR-couv-PR911Aux Gobelins, hommage à Jean Lurçat, artiste antifasciste.
Des exraits de ce poème ponctuent les «trois soleils» de la tapisserie Résistance:

(…) Écoutez-nous à votre tour, marins, pilotes, soldats,
Nous vous donnons le bonjour,
Nous ne vous parlons pas de nos souffrances mais de notre espoir,
Au seuil du prochain matin nous vous donnons le bonjour,
À vous qui êtes proches et, aussi, à vous Qui recevrez notre vœu du matin
Au moment où le crépuscule en bottes de paille entrera dans vos maisons
Et bonjour quand même et bonjour pour demain!
Bonjour de bon cœur et de tout notre sang !
Bonjour, bonjour, le soleil va se lever sur Paris,
Même si les nuages le cachent il sera là,
Bonjour, bonjour, de tout cœur bonjour !

Robert Desnos, Le Veilleur du Pont-au-Change, 1942.

A lire, également, notre éditorial.
Face à la violence, la haine, la peur, soyons de « vrais patriotes »



MARIE-JUILLET 2016 074_siteMémoire du Vél d’Hiv
Le 16 juillet 1995, date anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, Jacques Chirac reconnaissait pour la première fois la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs de France. Après l’adoption d’une proposition de loi portée par Jean Le Garrec, l’organisation annuelle d’une « Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux Justes de France » est instaurée en 2000. Hélène Amblard.


plaque_jean_zayLes deux plaques de la prison de Riom
Le numéro de mai dernier du Patriote Résistant a évoqué un haut fait de la Résistance en Auvergne : la libération à Riom le 13 août 1944 de 114 patriotes destinés par la Gestapo à l’exécution ou la déportation. La prison de la ville garde le souvenir de cette action glorieuse.Elle porte aussi le symbole de la hargne funeste voulue par Pétain et que le régime de Vichy déploya à l’encontre de Jean Zay : de cette prison après trois ans et demi de détention, il fut extrait le 20 juin 1944 puis lâchement assassiné. Michel Lesseur, président d’honneur du Cercle Jean Zay d’Orléans.


Fiche de René Douce, 1945. Arch S.N.C.F_PR_siteRésistance civile : une mémoire mise en lumière
Sans armes face à la rafle du 11 septembre 1942 dans le Nord-Pas-de-Calais. Dans son étude, l’historienne Monique Heddebaut invite à découvrir l’exemple des cheminots : une chaîne plurielle à tous les titres. Hélène Amblard.




jean_lurcat_pr_siteJean Lurçat
La plus noble des conquêtes

Jean Lurçat est mort en 1966 après avoir été élu deux ans plus tôt à l’Académie des Beaux Arts. Sous le titre « Au seul bruit du soleil », ses œuvres, exposées aux Gobelins à Paris jusqu’au 18 septembre, s’imposent comme une formidable symphonie de couleurs et d’espaces, grandiose et poétique hommage à l’humanité… Hélène Amblard.


enfant_58_good_siteTreize millions d’esclaves : travail et migrations forcés sous le nazisme
En 1944-45, dans le Reich hitlérien, un travailleur sur quatre est un travailleur étranger ou prisonnier de guerre, sans compter les détenus des « KZ » et les juifs de tous pays. Description d’un système annoncé dans Mein Kampf, parue dans le rapport annuel 2015 de la Fondation pour les Mémoriaux de Basse-Saxe. Jens-Christian Wagner. Administrateur de la Fondation pour les Mémoriaux de Basse-Saxe.



Julien Laupêtre-photo2©SPF_siteA bâtons rompus
avec Julien Lauprêtre

Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, rencontré dans son bureau rue Froissart, à Paris. Propos recueillis par Hélène Amblard.