Le Prix Marcel Paul

De 1988 à 2012, la FNDIRP a décerné le Prix Marcel Paul récompensant l’auteur d’un mémoire de Maîtrise, de Master 1 ou 2 relatif à la Résistance et/ou à la déportation (régime de Vichy, occupation, répression politique, persécutions, etc.). Le jury était composé d’universitaires, d’enseignants, de déportés et internés ou familles de disparus.

Le prix Marcel Paul n’est plus attribué.
Le dernier mémoire primé, le 26 octobre 2012, est celui d’Elisabeth Meier qui a travaillé sur le thème :
« l’organisation de la répression allemande à Lyon de 1942 à 1944. »



Liste des lauréats de 1988 à 2012


2012111009080706050403020100
19999897969594939291908988


2012
Premier prix :
Elisabeth Meier, L’organisation de la répression allemande à Lyon (1942-1944), sous la direction de Jean-Marie Guillon, Master 1 Université d’Aix Marseille.
Mention :
Agathe Dubois, Maquis et Résistance dans les pays du Buëch, Master 2 d’Université de Paris 12-Créteil, sous la direction de Rémi Fabre.
retour

2011
Premier prix :
Pierre Clément, La Milice française et les miliciens dans le Rhône, Master 2, sous la direction de Laurent Douzou, Université de Lyon II Lumière.
retour

2010
Premier prix :
Nina Winograd, Un convoi de déportés juifs : le transport Drancy-Auschwitz du 20 janvier 1944, Master 1, sous la direction de M. Jean Quellien, CHRQ, Université de Caen.
retour

2009
Premier prix :
Corinne Benestroff, L’imagination de l’inimaginable : interrogations sur la résilience et la Résistance – “l’Ecriture ou la vie” de Jorge Semprun, Master 2 « recherche » de Littérature française sous la direction de M. Pierre Bayard, Université de Paris VIII
Deuxième prix :
Emilie Jouand, L’internement des nomades en Loire-Inférieure ; les camps de La Forge et de Choisiel : novembre 1940-mai 1942, Master 1, sous la direction de Rémi Fabre, Université de Nantes.
retour

2008
Premier prix :
Simon Perego, Histoire, justice, mémoire : le Centre de documentation juive contemporaine et le Mémorial du martyr juif inconnu (1956-1969), (Master 2 Recherche), sous la direction de Mme Claire Andrieu, Institut d’Etudes Politiques de Paris.
retour

2007
Premier prix :
Pierric Bertrand, Le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne : histoire d’une collection muséographique de 1965 à nos jours (Master 2 d’Histoire), sous la direction de M. Christian Delporte et Mme Marie-Anne Matard-Bonucci, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines.
retour

2006
Premier Prix :
Denis Monneuse, Les parcours empruntés par les rescapés des camps de concentration et d’extermination après 1945, tentative de typologie sous la direction de M. Gérard Bossuat , Université de Cergy-Pontoise.
retour

2005
Premier Prix :
Emilie Rimbot, Les déportés de Compiègne à destination du KL Sachsenhausen : convois des 24 janvier, 28 avril et 8 mai 1943, sous la direction de M. Jean Quellien, Université de Caen, Centre d’Histoire Quantitative.
retour

2004
Premier Prix :
Guillaume Javerlat, L’affaire d’Oradour de 1953 : une crise nationale, sous la direction de François Cochet, Université de Limoges ;
Deuxième Prix :
Thomas Rabino, André Girard et le réseau Carte : une résistance à contre-courant sous la direction de Jean-Marie Guillon, Université d’Aix Marseille.
retour

2003
Premier Prix ex æquo :
Alexandre Doulut, La spoliation des biens juifs en Lot et Garonne sous la direction de Mme Annie Lacroix-Riz, Université de Paris VII Jussieu, et Philippe Pawlak, Le retour des “Absents” : Marseille, 1945, sous la direction de Mme Françoise Thébaud, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse.
retour

2002
Premier Prix :
Stéphanie Cannoodt, Mémoire(s) de la rafle d’Izieu : une mémoire en construction, sous la direction de Mme Annette Becker ; Université de Paris X Nanterre.
retour

2001
Premiers Prix ex æquo :
Mireille Barbir, La résistance dans le Haut-Doubs, Université de Franche Comté, sous la direction de François Marcot et Simon Minkowski 1945-1978 : la presse italienne, questions juives et mémoires divergentes (rencontre entre mémoire officielle collective et mémoires plurielles privées), sous la direction de Mme Marie-Anne Matard-Bonucci et M. Pascal Ory, Université de Paris I La Sorbonne- Panthéon.
retour

2000
Premiers Prix ex æquo :
Xavier Aumage, La transmission de la mémoire de la Résistance et de la Libération sur la territoire métropolitain dans les lectures de loisirs destinées à la jeunesse, de 1945 à 1947, Université de Paris XII, sous la direction d’André Encrevé et Julien Fargettas Le massacre des soldats du 25ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais : région lyonnaise –19 et 20 juin 1940- sous la direction de M. Bernard Delpal et M. Jean-François Brun, Université Jean Monnet, Saint Etienne.
retour

1999
Premier Prix :
Julien Ducastelle, L’aryanisation économique : expropriation et spoliation des Juifs dans la région rouennaise : 1940-1944, sous la direction de M. Michel Pigenet, Université de Rouen.
retour

1998
Premier Prix :
Judith Vernant, La FNDIRP et la réintégration des déportés, sous la direction d’Antoine Prost, Université de Paris I La Sorbonne (CHRMSS).
Deuxième Prix :
Denis Cherel, Genèse et développement de la Résistance FTP dans la région de Chagny : 1940-1944, sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne.
retour

1997
Premier Prix :
Thibault de Rochegonde, Poésie 40-44 : une revue littéraire contre Vichy, sous la direction d’Antoine Prost et de Claire Andrieu, Paris I La Sorbonne.
Deuxièmes Prix ex aequo :
Eric Sebastiani, Les déportés de camp de concentration du Natzweiler-Struthof : 1941-1944, sous la direction de Michèle Zancarini-Fournel, Université de Paris VIII Saint-Denis ; et Cécile Vast, En Captivité : étude d’un journal clandestin : 24 novembre 1940 – 27 juillet 1941, sous la direction de François Marcot, Université de Besançon.
retour

1996
Premiers Prix ex aequo :
Nathalie Dompnier, Vichy à travers chants : pour une analyse du sens et de l’usage des hymnes sous Vichy, (Maîtrise de Sciences Politiques), sous la direction d’Olivier Ihl, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble ; et Stéphanie Vitry, La mortalité au camp de concentration de Gusen, à travers l’étude d’un registre des morts (avril 1943-mai 1945), sous la direction d’Antoine Prost, Université de Paris I Panthéon Sorbonne (CRHMSS).
retour

1995
Premiers Prix ex aequo :
Damien Mannarino, Le témoignage écrit des déportés dans les camps de concentration nazis dans l’édition française : 1944-1993 ; sous la direction d’Antoine Prost, Paris I La Sorbonne et Christophe Tarricone, Les chantiers de la jeunesse en Isère et en Savoie, 1940-1944 : l’éducation par le service civil, sous la direction de Daniel Grange, Université Pierre Mendès-France de Grenoble.
retour

1994
Premiers Prix ex aequo :
Gilles Maigron, Résistance et collaboration dans l’Université de Paris sous l’occupation : 1940-1944, sous la direction de Michèle Perrot, Université de Paris VII Jussieu ; et Béatrice Defay, Le village martyr de la Madeleine, Saint-Martin en Bresse : histoire et mémoire, sous la direction de Marcel Vigreux, Université de Bourgogne.
retour

1993
Premier Prix :
Olivier Gouranton, Comoedia pendant la seconde guerre mondiale, sous la direction de Jean-Louis Robert, Université de Paris I La Sorbonne.
Deuxièmes Prix ex aequo :
Emmanuelle Debut, L’école primaire à Mantes pendant la seconde guerre mondiale, sous la direction d’Antoine Prost et de Jacques Giraud, Université de Paris I La Sorbonne et Armelle Mabon-Fall, De Vichy à la Libération : un service social en trompe l’œil (Maîtrise d’Administration Economique et Sociale), sous la direction d’Armand Cosson, Université de Montpellier.
retour

1992
Premiers Prix ex aequo :
Marie Chambon, Motivations et représentations des débuts de la Résistance à travers les écrits clandestins de la région Toulousaine, sous la direction de Pierre Laborie, Université de Toulouse le Mirail et Valérie Rucker-Fabre, Le retour et la réinsertion en France des femmes françaises déportées au camp de Ravensbrück, sous la direction de Claude Willard, Université de Saint-Denis.
retour

1991
Premier Prix :
Isabelle Raymondis, Le Commissariat Général aux Questions Juives à Toulouse : 1941-1944, sous la direction de Jean Estèbe, Université de Toulouse le Mirail.
retour

1990
Premier Prix :
Pascal Caïla, Le clergé catholique du diocèse de Montauban dans la tourmente : 1939-1945, sous la direction de Pierre Laborie, Université de Toulouse le Mirail.
Deuxième Prix :
Josian Albinet, Le pouvoir en Aveyron à la Libération, sous la direction de Pierre Laborie, Université de Toulouse le Mirail.
retour

1989
Premier Prix :
Florence Belot, Vichy, la Résistance et l’héritage de la Révolution française, sous la direction de François Marcot, Université de Besançon.
retour

1988
Premier Prix :
Eric Malo, Le camp de Noé, des origines au 11 novembre 1942, sous la direction de Jean Estèbe, Université de Toulouse-le-Mirail.
Deuxièmes Prix ex aequo :
Barbara Conrad, Deux maquis dans le Châtillonnais, une résistance de base, sous la direction de Pierre Levêque et Marcel Vigreux, Université de Bourgogne et Georges Diener, Les Prisonniers de guerre français évadés en Hongrie, sous la direction de Pierre Laborie et Jean Estèbe, Université de Toulouse le Mirail.
retour